Plan d'accès de l'hotel
Histoires et légendes
Livre d'or
Nous contacter

nos chambres

logo hotel saint hubert dans les ardennes francaises
Accueil | Nos Chambres | Restaurant et Bar | Séminaires | Tarifs | Offres Privilèges | Bon Cadeau | Traiteur | Tourisme et Activités | Nos Menus | Notre Carte

Histoire de Haybes

Haybes est une des communes les plus anciennes de la région Champagne-Ardenne (919), elle faisait autrefois partie du comté de Namur (appartenant sous César à la Gaule Belgique).

Haybes est aussi appelée Haybes la Jolie ou Haybes la Rose en raison des couvertures en ardoise, dont l'extraction fit, ainsi que sa commune voisine Fumay, la réputation du bourg. La ville, détruite au tout début de la Première Guerre Mondiale, fut entièrement reconstruite dans les années 1920.
Durant huit siècles sa prospérité a reposé sur l’exploitation du schiste en masse dans le sous sol de la cité. La 1ère phase d’extraction remonte au XIIe siècle mais il faudra attendre le XVIIe siècle pour que de plus grandes exploitations voient le jour dans le bassin. Dès 1847, on compte 3 ardoisières où plus de 700 personnes travaillent, 40 ans plus tard, Fumay connait son apogée avec l’exploitation de 5 ardoisières.
Le XXe siècle marquera quant à lui le déclin de l’activité à cause des 2 guerres mondiales, du crack boursier de 1929 ainsi que la dévaluation de la livre en 1931.
A partir de ce moment, les effectifs sont réduits à 250 personnes et en 1971, les difficultés économiques conduisent à la fermeture des 2 dernières fosses.

Aujourd’hui le Musée de l’Ardoise Michel Paradon en cour de rénovation) retrace l’histoire du travail des mineurs et certaines ardoisières se visitent encore avec GUIDE.

Attention ! Si des entrées restent visibles, voire accessibles, on déconseillera aux promeneurs de s'y aventurer, ces sites étant potentiellement dangereux.

Nos légendes

Saint Hubert

Devenu Saint patron des chasseurs et de la forêt, Hubert était auparavant un aristocrate au temps de Charlemagne qui se laissait aller à tous les plaisirs terrestres, mais surtout à la chasse. Sa passion l’entraînait loin au fond des bois et son épouse Floribane en était délaissée plus souvent qu’à son tour.
Un jour alors que la forêt d’Ardenne avait revêtu ses milles couleurs automnales et qu’Hubert y poursuivait un gibier depuis plusieurs heures, son cheval s’arrêta d’un coup et poussa un long hennissement de peur avant de se cabrer.
Devant eux, à quelques mètres se dressait un cerf blanc d’une stature anormalement grande et tout auréolé d’une lumière surnaturelle.
Hubert mit pied à terre et s’approcha un peu, suffisamment pour entrevoir un crucifix scintillant entre les bois de l’animal.
Une voix puissante se fit entendre alors, semblant provenir de partout à la fois : « Hubert ! Jusqu’où t’entraînera ta passion pour la chasse ? Ne vois-tu pas que ton salut réside désormais dans une vie de prière et de pénitence ? Ta femme vient de mourir de chagrin en te laissant un fils, reprends-toi pour sauver ton âme et la sienne ! »
Hubert tomba à genoux et décida de se consacrer aux autres alors que l’apparition s’évanouissait dans la paysage.
Il revint chez lui, éduqua chrétiennement son fils puis partit pour Rome où le Pape le fit évêque de Maëstricht. Il fondera la ville de Liège lors de son retour et mourut vers 727 après avoir vécu saintement et fait de nombreux miracles.
On raconte également que ce saint homme de la région de Mézières, obligea un ours à lui servir de monture après que ce dernier eut dévoré son cheval.

Arduinna
Dans la mythologie celtique, Arduinna ou Arduena, Arduenna, Ardoina est une déesse gauloise de la chasse et de la forêt. Elle est souvent représentée chevauchant un sanglier. On la représentait aussi armée d'une cuirasse ou corselet, un arc à la main, et accompagnée d'un chien. Elle correspond à la déesse romaine Diane. De son nom dérive celui du massif forestier des Ardennes, dont le symbole est aussi le sanglier.

La Roche de Madame de Cormont

Madame de Cormont est une personnalité de Haybes ayant vécu à cheval sur les XVIIe et XVIIIe siècle. Les de Cormont, gros propriétaires fonciers, demeuraient dans un château, aujourd'hui disparu, situé sur les hauteurs du bourg. Un matin, le Sire de Cormont, contrairement à ses habitudes, proposa à sa femme une chevauchée dans les bois. Mais, à peine passait-il sous la porte cochère du château qu'il éperonna le cheval qui les emmenait, faisant bondir l'animal. Madame de Cormont, qui n'eut pas le temps de s'abaisser, frappa violemment les poutre métallique de la poterne et s'effondra. Son mari, quant à lui, disparut. Madame de Cormont revint à la vie grâce aux soins prodigués par les habitants. Aussi, lorsqu'elle décéda, en 1729, elle légua son or aux pauvres de la commune, ses terres aux moines Jéroministes de Fumay. Ces derniers lui érigèrent, en forêt, une chapelle sur le sentier encore appelé aujourd'hui sentier de Cormont. L'édifice fut brûlé à la Révolution. La légende raconte que, « pendant l'incendie se grava sur un rocher, faisant face à chapelle, la figure de Madame de Cormont qui protestait ainsi contre cet odieux vandalisme ».

La Pierre Saint-Martin

La légende raconte qu'on demanda à Saint-Martin, passant par Haybes, de se rendre à Charleville pour aller chercher des bouteilles et des noix. Au retour, un violent orage le frappa sur les hauteurs du village, éparpillant et détruisant les marchandises. Voyant là un avertissement de la puissance céleste, Saint Martin tomba à genoux sur une pierre et pleura sept années durant. Aujourd'hui, ont peut encore voir, sur cette pierre, l'empreinte faite par les genoux et les coudes du Saint et aussi la petite cavité creusée par ses larmes qui, nuit et jour pendant ces sept années, ne cessèrent de couler.

La Madone du Couvent de Fumay

Autrefois sur la montagne de Diversmont s’élevait un couvent de Jérômistes. De nos jours, il ne reste plus rien de cet endroit excepté une allée de tilleuls menant à une petite chapelle. Chaque année à la pentecôte, une grande cérémonie pour Notre Dame de Diversmont était organisée. La statue de Notre Dame de Diversmonts était alors emmenée devant les porte de l’église du village pour y rester jusqu’à la sainte Trinité pour ensuite être remise dans sa chapelle. Mais une année durant le quinzième siècle, la statue fut oubliée devant l’église. Notre Dame de Diversmont attristée de ne pas être replacée dans sa chapelle descendit de son piédestal en pleine nuit pour retourner toute seule à sa chapelle. Il faisait un sale temps ce soir là. Arrivée devant sa chapelle, Notre Dame de Diversmont toute souillée de boue ne voulut pas rentrer ainsi dans son sanctuaire. Elle alla donc se laver dans l’eau du ruisseau qui coule au pied des rochers de Diversmont. Depuis cette époque, l’eau de Diversmont est réputée miraculeuse. On dit qu’elle peut guérir beaucoup de maladie et surtout les maux liés aux yeux.

Les Nutons

Ce peuple de lutins habitait la grotte de Nichet dans le pays de Fromelennes. A la tombée de la nuit, les paysans leur apportaient du travail à faire comme des vieux outils à réparer, des vêtements et des chaussures à recoudre… En échange de ces travaux, les paysans se devaient de déposer devant la grotte du pain, du froment et des provisions, jamais d’argent. Un jour, une femme déposa un ouvrage à recoudre et déposa également comme convenu des provisions. Mais cette femme plutôt radine remplaça la froment par de la cendre. Les nutons vexés d’avoir été ainsi trompés cessèrent soudain leurs travaux pour les hommes.
De nos jours, il arrive que certaines personnes aperçoivent très furtivement de minuscules points lumineux qui traversent la grotte. Ce sont les nutons qui se déplacent avec leurs torches dans les profondeurs de la grotte.

Mélusine de Hierges

Hierges est un des "plus beaux villages de France" et se situe sur la route entre Vireux et Givet.
Son château fût bâti en une nuit, raconte la légende, par la fée Mélusine et il comptait 365 fenêtres.
C'est d'ici que proviendrait Mélusine de Hierges, appellée aussi Sybille de Lusignant et qui sera Reine de Jerusalem. Mélusine de Hierges est une descendante en voie directe de la célèbre fée Mélusine (l'ainée de la lignée portant toujours le nom de l'illustre ancêtre). Son père est Manassé de Hierges, s'illustra lors des Croisades. Elle épousa Guy de Lusignant et fût chatelaine de Samson, où dit-on, elle participa aux combats pour défendre le château Selon certaines sources, elle serait morte de la peste en 1190 devant Saint-Jean d'Acre; selon d'autres, en 1187, en ses terres de Samson.
En tous cas, si vous vous arrêtez à l'église de Namèche, vous pourrez voir, dans le choeur, une pierre tombale avec l'inscription suivante "YCI REPOSE LES OSSEMENTS DE SYBILLE DE LVSIGNANT REINE DE YERVSALEM DECEDEE L AN 1187"

Personnalités liées à Haybes :

Marie Louise Dromart
Marie-Louise Dromart, née Grès, est un auteur de poésie reconnu. Née à Haybes le 29 juillet 1880, elle publie son premier ouvrage, intitulé le Front Voilé, en 1912 après des études au lycée Sévigné de Charleville.
Durant la première guerre mondiale, son attitude héroïque lui vaudra d’être décorée de la Légion d’Honneur au « péril de sa vie ». Elle sera également citée deux fois à l’ordre de la Nation et recevra la médaille de la Reconnaissance française. En 1925, elle reçoit le prix Archon- Despérouses décerné par l’Académie Française, pour « Le Bel Eté » et, en 1928 pour « sur mes pipeaux fleuris ».
Elle meurt à Paris le 23 octobre 1937. Elle sera inhumée dans le cimetière de Haybes le 26 octobre, en présence d’une foule nombreuse et d'Henri Dacremont , représentant la Société des Ecrivains Ardennais qui prononcera son éloge funèbre.
Ses œuvres :
1912: Le Front Voilé
1913: Les feuilles tombent
1920: Sur le chemin du calvaire
1925: Le bel été
1928: Sur mes pipeaux fleuris
1929: Dans le sillage de l'oiseau blanc
1929: Dans la pantoufle de cendrillon
1930: L'allée aux fantômes

 

Louis Adolphe Hamaide
Louis Adolphe Hamaide (1833-1905) est un des premiers médecins français à avoir étudié, dans les détails, les symptômes de la maladie des ardoisiers, que le docteur Debieuvre appellera, dans sa thèse soutenue au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la schistose (forme de silicose). Il publia ses premiers travaux dans un ouvrage publié à Paris en 1861, intitulé « De l'influence des causes morales dans les maladies ». On notera également que la famille de la Hamaide est une des familles les plus importantes de Haybes.

 

 

© 2008 Hotel Saint Hubert Ardennes francaises | Tous droits réservés | Mentions légales
ABSOMOD Responsive web Design